Artistes en Salles

Le site de Salles-en-Beaujolais a inspiré des artistes, comme Georges Dufrénoy, post impressionniste, ou offert un 'climat' favorable à leur inspiration, comme Hubert Caretti. Il a aussi été à l'origine d'une commande, pour les vitraux de l'église dus à Lucien Bégule, ou pour la 'vierge de consolation', œuvre de l'atelier de William Bouguereau, dans le chœur de l'église.

Luc BARBIER  1903-1989

Artiste lyonnais éclectique, peintre, graveur, illustrateur, verrier, il fut membre des " Amis de Salles ".
Cavalier assidu, il aimait parcourir à cheval les sentiers du Beaujolais qui l'inspiraient pour sa peinture. Salles était souvent le but de ses ballades équestres et l'occasion de saluer ses amis de l'association.
Il réalisa les vitraux de l'église d'Avenas. L'église de Salles lui doit une œuvre assez singulière.
Cliquez pour agrandir l'image

Georges DUFRÉNOY  1870-1943

Peintre postimpressionniste de renom, il fut l'un des fondateurs de l'association des " Amis de Salles-en-Beaujolais ". Il possédait en effet à Salles une résidence secondaire où il finit ses jours. Il vécut cependant l'essentiel de sa vie à Paris place des Vosges, où il résidait.
Son œuvre est éclectique et tournée vers les natures mortes et les paysages urbains, Venise, Bruxelles, Paris, Lyon… et Salles.
Membre du jury du prix de Rome, il était officier de la Légion d'Honneur.
Son mariage avec Marguerite de Baroncelli lui permit de côtoyer les grands acteurs de la vie culturelle provençale et camarguaise.
Cliquez pour agrandir l'image

Hubert CARETTI  1932-2017

Originaire d'Italie, il arrive en France à l'âge de 3 mois.
Ses parents s'installent à Marcigny (Saône et Loire). Il est scolarisé au pensionnat Saint-Hugues à Semur-en-Brionnais.
Après des études secondaires et des tentatives d'entrée aux " Beaux Arts ", et comme " il faut bien vivre ", dit-il, il part à Florence pour suivre des études d'architecture.
De retour en France, il rencontre le professeur Jean Desmos qui devient son " mentor ". Grace à lui, Hubert suit une formation d'architecte d'intérieur, de décoration et de restauration qui consiste à réaliser de la peinture artistique sur murs et boiseries.
Pour poursuivre sa formation, il retourne à Florence où il restaure des fresques  dans des monuments historiques et divers autres lieux.
Pour la restauration des sites historiques, il applique une technique qui date du Ve s. avant JC.
Résidant à Lyon, il exerce son activité professionnelle d'architecte décorateur et restaurateur pour le compte d'une entreprise renommée, avant de s'établir " à son compte ".
Il intervient dans des châteaux, de riches demeures, des chapelles (entre autres, la chapelle des Jésuites, à Paris).
Il s'installe à Salles-Arbuissonnas d'où il poursuit son activité professionnelle jusqu'en 2015.
Il se consacre ensuite à sa passion pour la peinture à la cire par une technique très personnelle.
Ses réalisations furent exposées dans différentes galeries et manifestations artistiques en Beaujolais.
Il décède en 2017 en laissant une œuvre importante et variée, de qualité reconnue.
Cliquez pour agrandir l'image

Lucien BÉGULE  1848-1935

Peintre sur verre et maître-verrier à Lyon, l'église de Salles lui doit les vitraux de l'abside  et le vitrail de la croix de chanoinesse, ensemble exécuté en 1893,  à la demande d'une généreuse donatrice.
Son œuvre est importante dans le Lyonnais et le Beaujolais.
En 1924, Lucien Bégule fut nommé Conservateur des Antiquités et Objets d'Art du département du Rhône.
Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image

William BOUGUEREAU  1825-1905 

Peintre " académique ", professeur à l'école des Beaux Arts, il fut Prix de Rome en 1850.
Classé " peintre de la femme " pour ses interprétations du nu féminin, il fut très prisé en son temps par les acheteurs américains. Une grande partie de sa production se trouve ainsi aux Etats-Unis.
L'église de Salles abrite une copie d'atelier de grand format (204X148), sur le thème d'un enfant mort, sans doute inspiré par un drame personnel. On ignore les circonstances dans lesquelles ce tableau est parvenu à Salles.
L'original de cette " vierge consolatrice " de 1877 appartient au musée des beaux arts de Strasbourg.
Cliquez pour agrandir l'image


RB, Copyright © 2014-2020. Tous droits réservés.